BridgeBalma

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Tournoi "Howell"

Le Howell un mouvement de tournoi par paires (TPP), utilisé lorsque le nombre de paires est trop faible pour pouvoir jouer un Mitchell dans des conditions agréables.

Par exemple s'il y a 8 paires, il est parfaitement possible de faire un Mitchell. Mais avec le saut on ne jouera que 3 positions, et donc 8 donnes contre les mêmes adversaires. De plus chaque donne ne sera jouée que 3 fois ce qui rend le topage un peu brutal : 100%, 50% 0% si les 3 scores sont différents, mais ça c'est le TPP... Il est possible de choisir, surtout pour les petits tournois, de faire les résultats en multiduplicate (voir article) pour réduire un peu la brutalité pour qu'une levée de mieux sur un contrat ait moins d'importance que l'empaillage ou pas d'une manche ou d'un chelem.

Et s'il y a 7 paires, cela devient impossible de faire un Mitchell, car les EW ne joueraient que 16 donnes et seraient en relais pendant 8 donnes, une heure !

Les organisateurs préféreront alors le mouvement Howell, où chaque paire affronte toutes les autres (à condition de pouvoir jouer toutes les positions ce qui n'est pas toujours possible faute de temps).

Il y a un classement unique avec toutes les paires, qui synthétise les résultats des différents donnes, qu'elles auront jouées soit en NS soit en EW.

Avantages et inconvénients par rapport au tournoi Mitchell

On joue plus de positions, donc moins de donnes par table, et cela devient indispensable lorsqu'il y a une paire relais, cf. exemple ci-dessus.

C'est un peu plus juste car chaque paire affronte toutes les autres, toutefois pour certains nombre de paires il n'est pas possible de jouer toutes les positions, cela durerait trop longtemps.

Mais le passage successif des paires en NS et EW rend un peu plus difficile de se souvenir des résultats sur les donnes.

A chaque position, tout le monde bouge, les NS, les EW, et il faut aller choisir les étuis à jouer, c'est un peu plus compliqué et avec plus de risque d'erreur que le Mitchell. Et cela prend un peu plus de temps.

Mais bon, ce n'est pas très compliqué non plus... Et de toute façon, pour certains petits tournois, le Howell reste la seule solution.

Comment ça marche

Exemple de carton Howell pour un tournoi 10 ou 9 paires.

 

 

Chaque paire se voit attribuer un numéro (pas de NS ni EW) qu'elle doit mémoriser.

L'organisateur indique aux paires leur placement de départ, par exemple "table 4, la 3 contre la 7". Si la paire 3 se souvient encore qu'elle est la paire 3, elle va en NS table 4...

Si le tournoi est complet, la paire de numéro maximal sera fixe en NS de la table 1, c'est à savoir si quelqu'un a des soucis de mobilité. Si le tournoi est incomplet, cette paire fixe n'existe plus et la table 1 est alors la table relais.

Les étuis sont placés sur une table auxiliaire.

Le club dispose de "cartons" posés sur chacune des tables, pour chaque nombre de tables, qui indiquent pour chacune des positions les donnes à jouer, les n° de l'équipe qui joue en NS et celle qui joue en EW, et ensuite "vous allez ...". Dans cet exemple à 9 ou 10 paires, 5 tables sont installées avec chacune son carton. A chaque position les NS vont chercher les étuis qui doivent être joués. Bien évidemment 4 jeux d'étuis restent en attente puisqu'il y a 9 jeux d'étuis et 5 tables.

A la fin de la position, la paire en NS4 passe en NS5, et la paire EW4 passe NS3.

 

Vous trouverez par exemple sur ce site les cartons pour mouvements Howell

 

Variante étuis fixes

Cela revient au même mais il est possible, toujours dans l'exemple à 8 paires, de mettre en place non pas 4 tables, mais 7 tables avec étuis fixes (1-2-3-4 en table 1 etc.) Alors il n'est pas nécessaire d'aller chercher les étuis à chaque position.

Les paires sont initialement positionnées par l'organisateur, puis lisent à la fin de chaque position à quelle table ils doivent aller et dans quel sens, NS ou EW.

Un inconvénient est que, comme les gens parlent toujours trop et trop fort, ceux qui ont l'oreille fine ne vont pas tarder à savoir qu'il y a un chelem par exemple à la table 5 et plutôt à la fin de la position... Il faudrait être encore plus discret que lors d'un Mitchell ou un Howell où les étuis bougent !

Les cartons sont bien entendus différents sur les tables, ou bien chaque paire peut être munie d'une sorte de feuille de route qui lui indique son parcours.

Mais c'est le même mouvement ! Pour reprendre l'exemple de la fiche ci-dessus, la 3 va jouer les étuis 22-23-24 en NS contre la 7  en EW, la seule différence est qu'ils joueront en table 8.

 

Howell de Heredia

Exemple de carton pour le
mouvement Heredia à 9 paires

C'est un mouvement particulier utilisé pour les simultanés nationaux qui nécessitent de "duplicater" manuellement lors de la première position, c'est-à-dire de distribuer les jeux suivant les fiches papier que remet solennellement l'organisateur à chaque table.

Si le club dispose d'une machine à distribuer les cartes, le Heredia ne paraît pas nécessaire, mais en fait si... car dans beaucoup de clubs cela reste fait main, et il faut bien avoir le même mouvement partout.

Les étuis sont fixes, par exemple donnes 1-2-3 en table 1, 4-5-6 en table 2... mais attention, ce n'est pas le même mouvement que le Howell standard.

Le principe est de faire duplicater la série de donnes par la paire dont le n° est celui de la table, et le mouvement assure que cette paire ne la jouera jamais.

Le Heredia (un peu comme le Hitier pour certains Mitchell) évite de neutraliser la première position. Et en plus comme c'est un Howell et qu'il y a des tables sans joueurs, il serait impossible de faire autrement !

Donc la mise en place du tournoi se fait avec la paire 1 en table 1, 2 en table 2 etc. Lorsque les donnes ont été préparées, chaque paire rejoint sa table avec un mouvement assez complexe... et le déplacement dépend du numéro de position, il faut une fiche "bidimensionnelle" pour l'organisateur, et un carton pour chacune des paires. Le mouvement avec paire relais est totalement différent de celui du tournoi complet.

Vous trouverez sur ce site les cartons pour mouvements de Heredia. Ou encore sur ce site ; les fiches semblent différentes car dans le premier cas les étuis sont fixes, dans le second il y a moins de tables installées et il faut aller chercher les bons étuis, mais c'est le même mouvement, ce qui compte est qu'à la première position l'équipe 5 joue en EW la série d'étuis n°4 contre la 1 en NS, Mais qu'ils jouent table 4, table 2, sur la table de la cuisine, ou même debout, cela n'est pas vraiment important.

 

(Il ne s'agit pas du poète José Maria de Heredia "comme un vol de gerfauts..." mais d'Irénée de Heredia, ancien arbitre international.)

 

Cas particulier à 3 tables : le mouvement "suédois"

C'est un Howell un peu particulier, il y a 5 positions et donc chaque paire va rencontrer toutes les autres. On joue par exemple 5 étuis par position, 25 donnes en tout. La particularité est que ce sont les 5 mêmes étuis qui sont joués aux 3 tables à chaque position, chaque table doit les faire circuler après les avoir joués. A la position suivante on joue 5 nouveaux étuis.

Installation des paires : table 1 : 6 en NS contre 1 en EW ; table 2 : 5 contre 2 ; table 3 : 4 contre 3.

On peut aussi jouer 6 étuis par position, c'est un peu plus simple, deux étuis par table au lieu de 2+2+1, mais ça fait 30 donnes !

A la position suivante, la paire 6 reste fixe en NS1, les autres paires se déplacent pour que le numéro de paire descende de 1 à chacune des places autres que NS1, par exemple en EW2 ce sera d'abord la paire 2, puis 1, 5, 4 et 3. Attention, il y a des documents où il est indiqué que le numéro de paire monte de 1... Cela fonctionne aussi, de même qu'il est techniquement possible de faire tourner les donnes dans le sens T1>T2>T3>T1 ou l'inverse. A vérifier surtout si les résultats sont faits par ordinateur !

Nota : Howell 6 paires

Il commence comme un Howell classique mais seule la dernière position est jouée en suédois avec une série d'étuis spécifique.

Voici les fiches pour ce Howell6

retour...