BridgeBalma

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Renonce !

 

Le vendredi 13 mai m'a été fatal...

Une renonce, la première de l'année.

(article écrit en 2010... depuis j'en ai fait d'autres, des articles oui bien sûr, mais aussi quelques renonces)

Cela n'est jamais très malin de ne pas fournir de la couleur demandée. Mais dans l'échelle de Richter de la stupidité, j'ai atteint le niveau 9 : l'adversaire déclarant joue péniblement un contrat à coeur, en coupant chaque fois qu'il peut. J'ai AD secs à l'atout. A 5 cartes de la fin, mon partenaire prend la main en coupant, lui aussi, puis joue le Roi de coeur. Divine surprise ! Et "raisonnement" débile : c'est nous qui avons aussi le Roi, on va donc faire 3 levées... Et je défausse une perdante, pour faire ensuite fièrement As et Dame...

Mais mon propos n'est pas là, c'est la suite qui est instructive. Aucun arbitre n'était disponible, donc auto-arbitrage. Les adversaires (classés 1T et 1K) disent que cela transfère deux levées. Je leur dis que cela ne transfère qu'une levée, car je n'ai pas fait la levée de renonce. Mon partenaire (ancien 2 majeure, au moins) se joint à eux : c'est pareil : EW, le camp fautif a fait la levée de renonce, et des levées ensuite, donc deux levées sont transférées à NS (pour un résultat final de un de chute et 6% pour nous sur la donne, au lieu d'un évident deux de chute pour 62%).

Dans ces cas-là, on n'est pas très fier, et je ne me promène pas avec les 96 pages du code 2007. Je leur dis quand même que je vérifierai. J'ai vérifié et j'ai raison. Le dimanche en compétition, j'ai demandé à un arbitre qui m'a donné raison. Effectivement "le code a changé", la version 2007 est moins sévère que la version précédente.

La règle (loi 64A) :

1. si le joueur fautif a gagné la levée de la renonce, cette levée plus une des levées gagnées ultérieurement par le camp fautif seront transférées au camp non fautif,

2. si le joueur fautif n’a pas gagné la levée de la renonce mais que le camp fautif a gagné cette levée ou n’importe quelle levée ultérieure, une levée sera transférée au camp non fautif.

Une note de bas de page indique que "une levée gagnée par le mort n'est pas gagnée par le déclarant". Effectivement, pour le déclarant qui joue les deux mains, la distinction est importante.

En pratique

Pour qu'il y ait transfert de deux levées, il faut à la fois que le fautif ait fait la levée (donc forcément en coupant alors qu'il aurait dû fournir de la couleur demandée, de plus en n'étant pas surcoupé) et que le camp renonceur ait fait au moins une levée ensuite.

Il y a transfert d'une levée dans tous les cas suivants :
- si le partenaire a gagné cette levée,
- ou si les adversaires non fautifs ont gagné cette levée, mais que le camp fautif a gagné au moins une levée ensuite,
- ou si le joueur fautif a fait la levée de renonce mais que son camp n'en a pas fait après.

La loi 64B indique les 7 cas où il n'y a pas de levée transférée, les deux les plus fréquents et les plus évidents étant : la renonce à la douzième levée, que l'on doit corriger même si elle est consommée ; et le cas où le camp fautif ne fait ni la levée de renonce, ni une levée ultérieure.

La loi 64C indique que l'arbitre peut attribuer une marque ajustée s'il estime que le camp non fautif est insuffisamment dédommagé par cette loi. Cette loi 64C existait déjà dans l'ancienne version du code. On peut supposer que le camp non fautif demandera plus souvent son application par l'arbitre, dans les cas où l'application de 64A et B ne fera que rétablir la situation, sans sanctionner la renonce.

Ce qu'il faut absolument savoir

C'est qu'il est parfaitement admis qu'un joueur qui pense qu'une renonce est en train d'être commise demande aussitôt au présumé coupable "pas de ?...".

Le mort n'a pas beaucoup de droits mais celui de vérifier auprès du déclarant (mais pas du flanc).

Cette possibilité (loi 61B du code 2007) n'est pas une obligation, et il est assez classique de ne pas demander aux adversaires ; ce n'est pas très sportif, mais bon...

Ayez donc le réflexe de poser la question si votre partenaire défausse alors que vous êtes en droit de penser qu'il a encore une carte de la couleur demandée

Ce qui a changé

Les joueurs "anciens", voire même certains arbitres qui n'ont pas pris le soin de vérifier leurs connaissances, ne sont pas forcément au courant. Soyez-le plus qu'eux, tout en restant polis surtout avec les arbitres !

Précédemment (code 2003), la formulation faisait transférer deux levées dès que le CAMP fautif, donc y compris le partenaire du fautif, faisait la levée de renonce, et au moins une ensuite. C'était parfois très sévère dans des cas où le joueur fautif n'avait que des cartes insignifiantes, la renonce ayant été sans incidence sur le résultat. La renonce constituait alors une aubaine pour le camp non fautif : cadeau de deux levées.

La formulation actuelle (le code 2007 est paru en avril 2008) est beaucoup moins pénalisante. Dans le cas du "vendredi 13", elle ne transfère qu'une levée, avec A R D d'atout, notre camp ne fait finalement que deux levées puisque l'as prend le roi. La nouvelle règle ne fait que rétablir la situation, mais dans cet exemple sans pénaliser le camp fautif, ce qui est un peu laxiste. On pourrait imaginer que l'arbitre étant appelé, il transfère quand même deux levées, mais à mon avis (je ne suis pas arbitre) cela ne serait pas conforme avec la rédaction du 64C qui ne parle pas de pénalisation mais de dédommagement insuffisant. Et avec AD en face de R, notre camp doit faire deux levées, pas 3, mais pas non plus 1...

Dans d'autres exemples, la renonce aura été sans effet réel sur le résultat mais donnera lieu à un transfert d'une levée. L'effet d'aubaine de deux levées a disparu, et ne sera que d'une levée. Après tout c'est normal qu'une renonce soit punie.

Pour mémoire, l'ancienne loi 64A2 :

2. Le joueur fautif n’a pas gagné la levée de la renonce si le joueur fautif n’a pas gagné la levée pendant laquelle la renonce a eu lieu :
- si le partenaire du joueur fautif gagne cette levée ou si le camp fautif gagne ultérieurement une levée, une de ces levées sera transférée,
- en outre, si une autre levée est gagnée ultérieurement par le joueur fautif avec l’une des cartes qu’il aurait dû fournir quand il a renoncé, cette levée sera aussi transférée au camp non fautif.

Ceci conduisait à deux levées de pénalisation dès que le CAMP renonceur avait fait la levée de renonce, à condition bien sûr qu'il ait gagné une levée ultérieure. Il semble même qu'il pouvait y avoir deux levées transférées dans des cas où le camp fautif n'avait pas gagné la levée de renonce, mais avait fait deux levées ensuite dont une gagnée avec une carte "renoncée"... Je n'en suis pas certain, la formulation est un peu complexe, et de toute façon cela n'est plus d'actualité.

 

retour...