BridgeBalma

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Multiduplicate

Principe du multiduplicate

C'est un tournoi hybride entre le tournoi par paires classique et le duplicate, avec les caractéristiques suivantes.

  • on s'inscrit et on joue par paires,
  • les mouvements sont ceux d'un tournoi par paires, Mitchell ou Howell suivant le nombre d'équipes, ou encore Guéridon,
  • il peut y avoir une paire relais,
  • le classement de chaque donne est fait façon duplicate : chaque paire obtient la moyenne des points de match gagnés (ou perdus...) par rapport aux autres paires.

Ceci permet donc de s'habituer à la logique du "par 4" aux annonces et au jeu de la carte :

  • ne pas empailler les manches (surtout vulnérables) et les chelems,
  • ne contrer des partielles que presque à coup sûr,
  • assurer son contrat : utiliser les jeux de sécurité pour faire plus souvent "égal" et moins souvent "+1",
  • tout faire pour gagner son contrat tendu même si cela risque de faire chuter d'une levée supplémentaire,
  • tout tenter pour faire chuter le déclarant même si cela risque de lui faire faire du mieux.

Et ceci avec un tournoi facile à organiser, et sans imposer aux joueurs de constituer des équipes de 4. 

Rappel : le vrai duplicate

Deux équipes de 4 "nous" et "eux" s'affrontent dans un match sur un certain nombre de donnes (12, 14, 16...). A la table 1 nous sommes en NS et eux en EW, et à la table 2 c'est l'inverse. "Nous" jouons donc chaque donne deux fois.

On commence par calculer le nombre de points marqués par "nous" aux deux tables et on le convertit en IMP avec la table suivante. Attention à ajouter ou soustraire suivant les cas.

  • Par exemple si nous avons demandé et réussi 4P vulnérables (620 pour nous) et que nos adversaires ont oublié de les demander (170 pour eux), nous marquons 620-170=450 qui nous donnent 10 IMP.
  • Si nous les chutons d'une levée (100) et qu'à l'autre table les adversaires marquent 140, cela nous fait -100-140 = -240, donc -6 IMP pour nous. En fait, e duplicate, ce sont les adversaires qui marquent +6 mais cela revient au même, car à la fin seule compte la différence du total des IMP gagnés par eux et nous pendant tout le match.

Le barême de conversion est le suivant. On voit qu'il n'est pas linéaire : une différence de scores valant 100 donne 2 IMP, 200 en donne 5, 1000 en donne 14.

Le multiduplicate

Pour chaque donne et chaque paire, on compare son résultat (différence des scores puis conversion en IMP) avec celui des autres paires de la même diagonale. On fait la moyenne de ces IMP qui peut être positive ou négative.

C'est plus facile sur un exemple. Ces quatre donnes ont été jouées chacune 4 fois.

Sur la donne 1, le NS ayant marqué 420 marque respectivement 10 IMP contre celui qui a chuté (420+50 = 470 converti en 10), 6 IMP contre celui qui n'a pas demandé la manche (420-170 = 250), -1 IMP contre celui qui a fait une levée de mieux (420-450 = -30). La moyenne des points de match marqués est bien (10 + 6 -1)/3 = 5 pour ce NS. Les 3 autres résultats de NS sont calculés de la même manière.

Pour les EW, c'est le même principe, ce qui revient à changer le signe des IMP marqués par l'adversaire. Le total des IMP pour chaque donne et pour chaque diagonale est nul (en prenant en compte les fréquences).

A l'inverse du duplicate classique, il peut y avoir des IMP fractionnaires.

Sur la donne 2, les trois paires ayant demandé le chelem marquent entre elles 0 puisqu'elles sont à égalité, et 13 points contre la paire "empailleuse". Elles marquent donc 13 / 3 = 4,33. On peut considérer qu'elles se partagent les 13 IMP que la paire timide va marquer bien sûr en négatif.

En EW ceux qui ont eu la chance de jouer contre la paire timide vont encaisser tout seuls les 13 IMP.

Comparaison avec le "topage" par paires

En TPP, chaque donne ferait 100% pour la meilleure paire sur cette donne, 66,67% pour la deuxième, 33,33% pour la troisième, et 0% pour la dernière, avec moyenne de ces pourcentages en cas de scores égaux. Ceci donne un étagement régulier quel que soit la valeur des scores.

Ici sur la donne 1 on voit que le meilleur marque 6,33, le deuxième 5 (c'est très proche), le troisième -2,33 (l'écart se creuse : -7,33 par rapport au deuxième), et le dernier -9 (-6,67 par rapport au troisième).

Sur la donne 2, un chelem, les écarts sont beaucoup plus creusés : la paire timide descend de 17,33 IMP par rapport aux trois autres. C'est bien pire qu'en TPP, où elle aurait simplement "une bulle".

Sur la donne 3, une partielle, les écarts sont beaucoup moins marqués (de 5 à -5 IMP). Et encore, il y a de la chute.

Sur la donne 4, une seule paire a fait une levée de mieux. Elle marque donc 1 IMP, les autres se partagent les -1 pour marquer -0,33. Cette donne ne compte pratiquement pas dans le résultat du tournoi.

On retrouve tout à fait la logique du duplicate...

La feuille de résultats

Elle est très classique, le classement final est fait sur la somme des IMP gagnés ou perdus par chaque paire sur les donnes jouées. Il semble que les fractions d'IMP ne soient pas affichées (NS1 a en fait 17,66). Dans l'exemple ci-dessous, il manque bien sûr les noms qui n'ont pas été saisis, et les points de bonus.

mise à jour 26 novembre 2010

retour...